Volta, Alessandro Frammento nel quale e cenno alla possibilita di un conduttore luminoso perpetuo fr volta_framD_981_fr.xml

FRAMMENTO

NEL QUALE È CENNO ALLA POSSIBILITÀ DI UN CONDUTTORE LUMINOSO PERPETUO.

[Empty Page]

J. 91:

. . . . il y a apparence que nous pourrions obtenir le très-beau spectacle d’un Conducteur lumineux perpetuel. Je n’ai pu faire ces expériences sur le vuide, et tant d’autres comme j’aurois souhaité, faute d’instruments et d’ouvriers habiles dans cette ville de Côme où je me suis confiné dépuis plus d’un an pour vivre tranquillement au sein de ma famille.

Pr. Je dirai enfin, et on n’aura pas des peine à le croire après tout ce qu’on a vu jusqu’ici, que les branches vertes, les tendres rejettons, les feuilles, et les fruits memes plus succulents, ne transmettent pas ou très difficilement, la commotion de mon grand appareil lorsqu’ils font une partie considerable de l’arc conducteur, et qu’ils touchent aux pieces metalliques de cet arc par l’ecorce, ou la peau dont ils sont revetus. Cette peau quelque mince qu’elle soit, retarde considerablement le courant électrique, au point qu’une feuille, même des plus tendres, interposée, aux bouts de deux verges métalliques, dans le sens de sa longueur, ou de sa largeur, si en ne empeche absolument la commotion d’un appareil même des plus grands, et interposée dans le sens de son épaisseur l’affoiblit beaucoup. Que si on ote l’écorce de la feuille, du tendre rejetton, du fruit, etc. la commotion transmise pourra être assez sensible, pourvu que ces corps ne fassent pas une portion trop considerable de l’arc conducteur, et pourvu sur-tout que leurs parties bien imbibées d’humeur s’appliquent par une surface suffisemment large aux autres pieces de cet arc.

Pr. Encore avec tout cela la commotion qu’on éprouve est-elle beau- coup moins forte, que si de telle branches vertes, de tels fruits, ou feuilles ècorces, ne se trouvoient pas interposes dans l’arc conducteur. Les vegetaux donc remplis de leurs humeurs, et leurs parties même qui en sont les plus riches, ces humeurs, et l’eau en particulier ne sont pas assez perméables aux fluide électrique pour ne pas opposer une resistance considerable a ses cou- rants plus ou moins forts. Il en est de même des parties animales fraiches et succulentes, à cela près, qu’elles sont meilleurs plus deférentes, que l’eau, et que les mes vegetaux.

Pr. J’ai con attention de dire, que tous ces conducteurs imparfaits, les branches et feuilles vertes, la peau seche des mains.

[Empty Page]