Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Page concordance

< >
Scan Original
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
< >
page |< < of 108 > >|
principales conſiſte à ſçauoir que l'eau
ne ſe meut point naturellement ſi elle
n'a de la pente, comme l'on experimente
aux ruiſſeaux, aux riuieres, aux eſtangs
&c.
ce qui fait reconnoiſtre que le
mouuement de la mer ſuppoſe de la vio-
lence, car ſi le reflus luy eſt naturel, le
flus doit eſtre violent.
Quant au Siphon
il peut ſeruir pour faire paſſer des fon-
taines depuis le pied d'vne montagne
ou d'vn rocher iuſques à l'autre coſté,
pour changer le vin, ou les autres li-
queurs d'vn tonneau en vn autre, pour
vuider les marais, & pour pluſieurs
autres commoditez dont nous parle-
rons ailleurs.
Quant à l'vſage de l'eau dans les me-
chaniques, il eſt tres grand, comme l'on
experimente aux moulins à eau, & aux
differentes manieres dont on ſe ſert
pour ſçauoir la difference des peſanteurs
de toutes ſortes de corps plus peſans, ou
plus legers que l'eau, ſoit qu'on les com-
pare enſemble, ou auec la meſme eau:
mais tout cecy merite vn traicté entier
de l'Hydraulique, comme les vtilitez
de l'air & du vent requierent vn diſ-
cours entier de la Pneumatique.
Mais

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index