Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Page concordance

< >
< >
page |< < of 108 > >|
attendu que les poids qui tombent, &
qui font de ſi grands effets, nont point
de manches.
Il faut dire la meſme
choſe des poids que l'on pouſſe ou que
l'on iette de trauers.
C'eſt pourquoy
il faut auoir recours à vn autre principe
pour trouuer la verité de cét effet, le-
quel ie taſcheray à expliquer & à le
rendre ſenſible.
Ie di donc que cet effect
vient de la meſme ſource que les autres
effets Mechaniques, à ſçauoir que la
force, la reſiſtance, & l'eſpace par leſ-
quels ſe font les mouuemens ont vne telle
correſpondance & proportion entr'eux
que la force reſpond ſeulement à vne re-
ſiſtance qui luy eſt égale.
& qu'elle la
meut ſeulement par vn eſpace égal, ou
d'vne égale viſteſſe, dont elle ſe meut
elle meſme.
Semblablement quand la
force eſt moindre de moitié que la re-
ſiſtence, elle la peut mouuoir, ſi elle
meſme ſe meut d'vne double impetuo-
ſité, & ſi elle fait deux fois autant de
chemin.
Ce qui ſe remarque en toutes
ſortes d'inſtrumens, par le moyen deſ-
quels l'on peut mouuoir & ſurmonter
toute ſorte de reſiſtence pour grande
quelle puiſſe eſtre auec vne force ſi pe-

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index