Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Page concordance

< >
Scan Original
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
< >
page |< < of 108 > >|
& K I'eſt égal à AG, comme l'on void
par la conſtruction, de ſorte que F ne
gaigne rien en force qu'il ne le perde en
chemin, ou ne gaigne rien en chemin
qu'il ne le perde en force.
Or la plus
grande difficulté des Mechaniques con-
ſiſte
, ce me ſemble, à ſçauoir pourquoy
la plus grande diſtance de la force, ou
du poids F d'auec l'appuy B augmente
ladite force, & pourquoy le poids A ou
C eſtant tranſporté en F a quatre fois
plus de force que deuant.
Ariſtote croit
que la raiſon en doit eſtre priſe de ce
que le centre B empeſche plus les poids
prochains que les éloignez, dautant
qu'il les contraint dauantage, & leur
communique tant qu'il peut ſon immo-
bilité, de ſorte que le poids eſtant en C
ne peut ſe mouuoir que de C en H, au
lieu qu'eſtant en F il fait 4. fois autant
de chemin en meſme temps, & eſtant
en D il en fait deux fois autant par le
quart de cercle commençant en D.
Ce
que l'on peut ayſément appliquer à l'ap-
proche, ou à la diſtance des creatures
d'auec la perfection Diuine, laquelle
rend les creatures raiſonnables dautant
plus fixes & immobiles dans ſa grace, &

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index