Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Page concordance

< >
Scan Original
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
< >
page |< < of 108 > >|
pendu du point A ne peut eſtre ſouſte-
nu au point C que par vne égale force,
ou par vn poids égal, ſuiuant la nature
des poids égaux qui pendent de diſtan-
ces égales.
Car encore que la force F
tourne à l'entour de la poulie ABC,
cela ne change nullement l'habitude,
& le rapport que le poids, & la force
ont à la diſtance AD, & DC: dautant
que la poulie garde vn perpetuel équi-
libre en ſe tournant.
D'où il faut con-
clurre qu'Ariſtote ſe trompe lors qu'il
dit que l'on leue plus ayſément les far-
deaux auec les plus grandes poulies, car
encore que la diſtance, ou le demidia-
metre de la poulie DC ſ'augmente, ce-
la ne ſert de rien à raiſon que la diſtan-
ce DA ſ'augmente également.
De ſor-
te que l'on ne reçoit nulle commodité
de cét inſtrument en ce qui concerne
la diminution de la peine.
Mais ſa com-
modité conſiſte à tirer de l'eau des puits,
parce que l'on tire de haut en bas, & con-
ſequemment
le poids des bras, & du
corps ſeruent à cela, au lieu qu'en tirant
à force de bras de bas en haut ſans l'ay-
de des poulies, le poids des bras, & du
corps nuiſent, c'eſt pourquoy la poulie

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index