Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Page concordance

< >
Scan Original
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
< >
page |< < of 108 > >|
à chaque coup, & que le coin entre
d'autant moins auant que le marteau
pouſſé de la meſme impetuoſité iroit
moins loing l'on trouuera que ledit coin
entrera d'autant moins auant dans vne
bûche, ou dans vn autre corps à cha-
que coup, que la reſiſtance ſera plus
grande que la force du marteau: de ſor-
te qu'il ne faut plus admirer les effects
de la percuſſion, puis qu'ils ne ſortent pas
hors des bornes de la nature.
A quoy i'aioûte vn exemple pour vne
plus grande intelligence, en ſuppoſant
que le marteau qui a 4. degrez de reſi-
ſtance ſoit pouſſé d'vne telle force que
ne treuuant nulle reſiſtance qui l'arreſte,
il aille iuſques à dix pas, & qu'à ce
terme on luy oppoſe vne poutre qui
ayt 4000. degrez de reſiſtance & qui ſoit
mille fois plus grande que la force du
marteau, de ſorte qu'elle ſurpaſſe ſans
proportion ladite force, ſi elle eſt frap-
pée, elle ira ſeulement en auant la
millieſme partie de dix pas, par leſquels
l'on auroit pouſſé le marteau.
D'où l'on peut conclurre que la force
de la percuſſion ſuit les loix des autres
inſtrumens mechaniques, & qu'il eſt

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index