Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Page concordance

< >
Scan Original
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
< >
page |< < of 108 > >|
    <archimedes>
      <text>
        <body>
          <chap>
            <p type="main">
              <s id="s.000151">
                <pb pagenum="23" xlink:href="047/01/043.jpg"/>
              ſert ſeulement pour mouuoir les far­
                <lb/>
              deaux tout d'vn coup, & à vne ſeule
                <lb/>
              fois, qu'il faudroit autrement mouuoir
                <lb/>
              par parties, & à pluſieurs fois. </s>
            </p>
            <p type="head">
              <s id="s.000152">
                <emph type="center"/>
              II. ADDITION.
                <emph.end type="center"/>
              </s>
            </p>
            <p type="main">
              <s id="s.000153">L'on pourroit icy traiter des deux
                <lb/>
              autres ſortes de leuiers,
                <expan abbr="dõt">dont</expan>
              parle Guid­
                <lb/>
              Vbalde dans ſes Mechaniques, mais il
                <lb/>
              ſuffit de comprendre la raiſon de celuy
                <lb/>
              que propoſe cét Autheur, car nous par­
                <lb/>
              lerons des autres ailleurs. </s>
              <s id="s.000154">I'adjouſte
                <lb/>
              ſeulement cette figure, par laquelle
                <lb/>
              l'on comprendra mieux ſon intention.
                <lb/>
                <figure id="id.047.01.043.1.jpg" xlink:href="047/01/043/1.jpg"/>
                <lb/>
              Soit
                <expan abbr="dõc">donc</expan>
              le
                <lb/>
              leuier AF,
                <lb/>
              par lequel
                <lb/>
              la force ap­
                <lb/>
              pliquée en F
                <lb/>
              leue le far­
                <lb/>
              deau A iuſ­
                <lb/>
              ques à G,
                <lb/>
              encore que
                <lb/>
              elle ſoit 4.
                <lb/>
              fois moindre qu'A, mais l'arc de ſon
                <lb/>
              chemin FI eſt quatre fois plus grand
                <lb/>
              que l'arc AG, car FM, ML, LK, </s>
            </p>
          </chap>
        </body>
      </text>
    </archimedes>