Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Table of figures

< >
[1. Figure]
[2. Figure]
[3. Figure]
[4. Figure]
[5. Figure]
[6. Figure]
[7. Figure]
[8. Figure]
[9. Figure]
[10. Figure]
[11. Figure]
[12. Figure]
[13. Figure]
[14. Figure]
[15. Figure]
[16. Figure]
[17. Figure]
[18. Figure]
[19. Figure]
[20. Figure]
[21. Figure]
[22. Figure]
[23. Figure]
[24. Figure]
[25. Figure]
[26. Figure]
[27. Figure]
[28. Figure]
[29. Figure]
[30. Figure]
< >
page |< < of 108 > >|
autre chorde àlentour de la grande rouë,
afin d'y attacher l'autre fardeau I.
Or
cecy eſtant poſé, il eſt euident que ſi
CA eſt à BA comme le fardeau G au
fardeau I, que le poids I ſouſtiendra &
contrebalancera G, & que ſi l'on adiou-
ſte quelque force, ou poids à I, qu'il
l'emportera.
Et parce que les chordes qui ſouſtien-
nent
le poids touchent touſiours la cir-
conference
de la rouë auec laquelle l'eſ-
ſieu tourne, & conſequemment qu'el-
les ſont touſiours en meſme ſituation à
l'égard des diſtances BA, & CA, le
mouuement ſe continuë perpetuelle-
ment, & le poids I deſcendant fait mon-
ter
le poids G.
Mais il faut remarquer
qu'il eſt neceſſaire de mettre la chorde
à l'entour de la rouë, afin que le poids
demeure ſuſpendu du point de la cir-
conference que la chorde touche: Car
ſi la chorde eſtoit pendante du point F,
elle couperoit la rouë par FN, & par
conſequent elle ne pourroit ſe mouuoir,
parce que le moment, ou la force du
poids N ſeroit diminuée, puis qu'elle
n'eſt pas plus grande que ſi la chorde
eſtoit attachée au point N, dautant que

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index