Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Table of figures

< >
< >
page |< < of 108 > >|
principales conſiſte à ſçauoir que l'eau
ne ſe meut point naturellement ſi elle
n'a de la pente, comme l'on experimente
aux ruiſſeaux, aux riuieres, aux eſtangs
&c.
ce qui fait reconnoiſtre que le
mouuement de la mer ſuppoſe de la vio-
lence, car ſi le reflus luy eſt naturel, le
flus doit eſtre violent.
Quant au Siphon
il peut ſeruir pour faire paſſer des fon-
taines depuis le pied d'vne montagne
ou d'vn rocher iuſques à l'autre coſté,
pour changer le vin, ou les autres li-
queurs d'vn tonneau en vn autre, pour
vuider les marais, & pour pluſieurs
autres commoditez dont nous parle-
rons ailleurs.
Quant à l'vſage de l'eau dans les me-
chaniques, il eſt tres grand, comme l'on
experimente aux moulins à eau, & aux
differentes manieres dont on ſe ſert
pour ſçauoir la difference des peſanteurs
de toutes ſortes de corps plus peſans, ou
plus legers que l'eau, ſoit qu'on les com-
pare enſemble, ou auec la meſme eau:
mais tout cecy merite vn traicté entier
de l'Hydraulique, comme les vtilitez
de l'air & du vent requierent vn diſ-
cours entier de la Pneumatique.
Mais

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index