Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

Table of figures

< >
[Figure 21]
[Figure 22]
[Figure 23]
[Figure 24]
[Figure 25]
[Figure 26]
[Figure 27]
[Figure 28]
[Figure 29]
[Figure 30]
[Figure 31]
[Figure 32]
[Figure 33]
[Figure 34]
[Figure 35]
[Figure 36]
[Figure 37]
[Figure 38]
< >
page |< < of 108 > >|
1par GX. Galilée croit dans vn autre
diſcours qu'en meſme temps que la boule
deſcend de G en H elle deſcendroit
de G en E, & qu'au meſme temps qu'el­
le deſcend de G en B, elle deſcen­
droît de Gen D.
Car le point de la li­
gne perpendiculaire, auquel ſe rencon
treroit le poids tombant, ſe determine
par les perpendiculaires deſcrites ſur le
plan incliné, comme l'on void icy aux
perpendiculaires HE & BD tirées des
deux points H, B, auſquels on ſuppoſe
que la boule eſt arriuée en roûlant: ce
qu'il faut auſſi, ce ſemble, conclurre des
autres corps qui gliſſent ſeulement.

En troiſieſme lieu, l'on peut conſiderer
ſi les poids qui ſe meuuent ſur le plan
incliné gardent la meſme proportion
en leur viſteſſe que ceux qui ſe meuuent
perpendiculairement vers le centre de
la terre, c'eſt à dire s'ils haſtent leur cour­
ſe en raiſon doublée des temps par exem­
ples ſi G ayant deſcendu iuſque, au quart
de ſon plan dans le premier temps,
deſcend les trois autres quarts dans le
ſecond temps.
En quatrieſme lieu, la
ſpeculation de Galilée eſt excellente, ſi
elle eſt veritable, à ſçauoir qu'vne

Text layer

  • Dictionary
  • Places

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index