Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634
page |< < of 108 > >|
qu'il y a meſme raiſon de MN à HN,
que de KI à LI, & de la double de EI
à la double de DI, & finalement du ſo-
lide CS au ſolide SD, dont CI, & DI
ſont les hauteurs.
Il faut donc conclurre qu'il y a meſ-
me raiſon de MG à GN, que de CI à
DS, & par conſequent que ces deux
corps CI & DS ne peſent pas ſeule-
ment également, quand leurs diſtances
d'auec l'appuy, ou le point d'où ils ſont
ſuſpendus, ſont en raiſon reciproque de
leurs peſanteurs, mais auſſi que c'eſt vne
meſme choſe que ſi l'on attachoit des
poids égaux à des diſtances égales: de
ſorte que la peſanteur de CS s'eſtend
& ſe communique en quelque maniere
virtuellement par delà le ſouſtien G,
duquel la peſanteur ID s'éloigne, & ſe
retire, comme l'on peut comprendre
par ce diſcours.
Ce qui arriuera ſem-
blablement ſi ces corps cylindriques
ſont reduits, & changez aux ſpheres X
& Z, ou en telles figures que l'on vou-
dra, car l'on aura touſiours le meſme
équilibre, la figure n'eſtant qu'vne qua-
lité, laquelle n'a pas la puiſsance de la pe-
ſanteur, qui deriue de la ſeule quantité.

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index