Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634
page |< < of 108 > >|
ché à B ſoit d'autant plus grand que le
poids attaché à D, que la diſtance CD
eſt plus grande que la diſtance CB, il
eſt certain que l'vn contrepeſera l'au-
tre, & qu'ils ſeront en equilibre: & que
ſi l'on adiouſte quelque choſe à l'vn, par
exemple, au poids D, qu'il deſcendra
en bas en I, & conſequemment qu'il
éleuera les poids B en G.
Mais ſi l'on
conſidere le mouuement du poids D,
& du poids B, l'on trouuera que le mou-
uement de D deſcendant en I ſur paſſe
autant le mouuement de B en G, com-
me la diftance DC ſurpaſſe la diſtance
CB, ou CG, car les deux angles GCB,
& DC I ſont égaux, & conſequemment
les deux parties de cercle décrites par
D & par B ſont ſemblables, & ont meſ-
me proportion entr'elles que leurs ſe-
midiametres BC, & CD, par leſquels
elles ont eſté décrites.
D'où il ſ'enſuit que la viſteſſe du poids
D, qui deſcend en I ſurpaſſe autant cel-
le du poids B qui monte en G, que la
peſanteur de B eſt plus grande que cel-
le de D; & que l'on ne peut éleuer B
que D ne ſe meuue plus viſte: parce
que la viſteſſe de D recompenſe la gran-

Text layer

  • Dictionary

Text normalization

  • Original

Search


  • Exact
  • All forms
  • Fulltext index
  • Morphological index