Galilei, Galileo, Les méchaniques, 1634

List of thumbnails

< >
51
51
52
52
53
53
54
54
55
55
56
56
57
57
58
58
59
59
60
60
< >
page |< < of 108 > >|
    <archimedes>
      <text>
        <body>
          <chap>
            <p type="main">
              <s id="s.000235">
                <pb pagenum="48" xlink:href="047/01/068.jpg"/>
              tion que l'on ſe puiſſe imaginer: de ſor­
                <lb/>
              te qu'elle ne ſarreſtera point iuſques à
                <lb/>
              ce qu'elle rencontre vne ſurface qui
                <lb/>
              ſoit à niueau, ou équidiſtante de l'ho­
                <lb/>
              rizon, comme eſt celle d'vn lac, ou d'vn
                <lb/>
              eſtang glacé, ſur laquelle la bale ſe
                <lb/>
              tiendroit ferme, & immobile, mais auec
                <lb/>
              telle condition que la moindre force
                <lb/>
              l'ébranleroit, & que le plan ſinclinant
                <lb/>
              de la largeur d'vn cheueu, elle
                <expan abbr="commẽ-ceroit">commen­
                  <lb/>
                ceroit</expan>
              incontinent à ſe mouuoir & à
                <lb/>
              deſcendre vers la partie inclinée, &
                <lb/>
              qu'au contraire elle ne pourroit eſtre
                <lb/>
              meuë ſans
                <expan abbr="violẽce">violence</expan>
              vers la partie du plan
                <lb/>
              qui monte. </s>
              <s id="s.000236">Or il eſt neceſſaire que la
                <lb/>
              boule ſarreſte ſur vne ſurface parfaite­
                <lb/>
              ment équilibre, & qu'elle demeure
                <expan abbr="cõ-me">com­
                  <lb/>
                me</expan>
              indifferente entre le mouuement &
                <lb/>
              le repos: de ſorte que la moindre force
                <lb/>
              du
                <expan abbr="mõde">monde</expan>
              ſuffiſe pour la mouuoir, com­
                <lb/>
              me la moindre force que l'on peut ſi­
                <lb/>
              maginer dans l'air, ſuſfit pour la rete­
                <lb/>
              nir. </s>
            </p>
            <p type="main">
              <s id="s.000237">D'où l'on peut tirer cette concluſion,
                <lb/>
              que tout corps peſant, tous les empeſ­
                <lb/>
              chemens exterieurs eſtant oſtez, peut
                <lb/>
              eſtre meu ſur vn plan horizontal par la
                <lb/>
              moindre force que ce ſoit, & qu'il faut </s>
            </p>
          </chap>
        </body>
      </text>
    </archimedes>